en
photo

Corentin Chanet

Statut

Doctorant – Assistant

ULB - Institut de Sociologie
44 avenue Jeanne - CP 124 - 1050 Bruxelles
Bureau : S12.125
Tél. : +32 2 650 46 92 - Fax. : +32 2 650 43 37
Email : corentin.chanet@gmail.com

Sujet de thèse

Dynamiques foncières résidentielles et (re)production des inégalités. Étude de cas de la petite ville minière de Tarkwa (Ghana)

Le but de mon projet de thèse est de contribuer à l’analyse de la transformation des processus de structuration et de stratification en Afrique de l’Ouest et ailleurs en s’appuyant sur une étude de cas de la petite ville minière de Tarkwa (Ghana). En partant de la topographie foncière comme le marqueur d’une profonde structuration sociale, cette recherche vise à aller au-delà des conflits fonciers déjà bien documentés et à mettre en évidence l’existence de frontières sociales et symboliques au sein de la population. Pour ce faire, trois étapes sont nécessaires :

1) Grâce à l’analyse des politiques urbaines, aux variations de prix du foncier et à l’histoire des quartiers, la première étape consiste à identifier des zones résidentielles structurées par des dynamiques socioéconomiques distinctes. À ce stade, quatre types de quartiers différents doivent être étudiés : une zone de relogement construite par une compagnie minière, un quartier d’habitats précaires, un quartier de « classes moyennes » et le quartier résidentiel d’un site minier.

2) En faisant l’hypothèse qu’il existe des attitudes de valorisation, ainsi que des stratégies d’investissement et de distinction qui apparaissent plus ou moins prégnantes selon les zones résidentielles et les différents rapports au foncier, la seconde étape s’appuie sur un cadre théorique dispositionnaliste et structural afin de saisir, par la conduite de nombreux entretiens approfondis auprès des ménages des zones sélectionnées ainsi que par de minutieuses observations sur les différents modes de vie, le rôle de certaines dispositions incorporées dans la structuration de stratégies différenciées d’investissement foncier.

3) Enfin, en replaçant les individus dans les dynamiques foncières et le champ socio-politique et en distinguant les stratégies d’investissement par leur rendement, la dernière étape consiste à déterminer dans quelle mesure certaines frontières symboliques peuvent opérer comme des clivages socioéconomiques et ainsi contribuer à la formation et à la reproduction durable des inégalités. Une de mes principales hypothèses à ce stade étant que des principes différenciés de perception du temps en jeu dans l’investissement foncier révèlent la façon dont les gens sont inscrits (ou non) dans des espace-temps analogues, et constituent donc une variable importante de la stratification sociale, surtout si l’on prend en compte la temporalité très spécifique du contexte urbain de l’exploitation minière.

Mots-clés

Structures sociales – Stratification – Dynamiques foncières – Afrique de l’Ouest – Ghana

Publications

  • Comptes-rendus de lecture

- André Géraldine, « L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, pp. 168-169

- Singleton Mike, « Histoires d’eaux africaines. Essai d’anthropologie impliquée. », Anthropologie et Sociétés, 37-1 | 2013, pp. 231-232

  • Activités scientifiques

- Eubelen D., Chanet C. (2015) « Vers un cadre conceptuel commun aux sciences cognitives et sociales », CES, Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles.

- Chanet C., Eubelen D. (2016) « Beyond affordances : The phenomenological experience of perception », Workshop TRACE, Université Paul Valéry, Montpellier.


LAMC - Institut de Sociologie, 12ème étage, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles - Belqique Téléphone: +32-(2)-650 37 98 - lamc@ulb.ac.be - site réalisé par Vertige asbl