en

 

photo

Appel à contributions pour un dossier à paraître dans la revue Civilisations (2017)

L’alcool rituel et les ethnographes. Usages religieux des conduites d’alcoolisations

Dossier coordonné par Delphine Burguet et Olivia Legrip-Randriambelo (Imaf, EHESS/LARHRA, Lyon 2)

Résumé  :

Ce dossier thématique se décline autour de deux aspects des conduites d’alcoolisation rituelle. Sans exclusive régionale, les articles traitent du cadre religieux des pratiques alcoolisées, de l’ivresse, des symboliques mais aussi de l’approche méthodologique et de la place de l’ethnographe sur son terrain. Le premier aspect traite des boissons et du « boire » dans leurs fonctions symboliques et sociales observées par divers chercheurs ayant une expérience de terrain et mobilisant les outils méthodologiques de l’ethnographie. Le second aspect convoque l’étude des postures et du recueil des données dans une démarche réflexive autour de l’alcool rituel.

Mots-clés :

Alcool, rituel, représentation, ethnographie, méthodologie

*

Après les numéros des revues Terrain (1989) et Socio-anthropologie (2004) consacrés au « boire », ce dossier thématique se décline autour de deux aspects des conduites d’alcoolisation rituelle. Sans exclusive régionale, les articles traitent du cadre religieux des pratiques alcoolisées, de l’ivresse, des symboliques mais aussi de l’approche méthodologique et de la place de l’ethnographe sur son terrain.

Le premier aspect traite des boissons et du « boire » dans leurs fonctions symboliques et sociales observées par divers chercheurs ayant une expérience de terrain et mobilisant les outils méthodologiques de l’ethnographie. L’alcool est envisagé ici comme une sociabilité qui se détache du champ de la pathologie (Douglas ; Fabre-Vassas ; Fainzang). Ainsi, l’alcool, comme offrande, est déposé, aspergé et/ou consommé en quantité variable ; il est une substance nécessaire à l’efficacité rituelle et à la commensalité. Quant au « boire », il signifie un agir codifié, garde-fou de la pratique rituelle et de la consommation, et une forme de sociabilité. Dans ce dossier, les usages de l’alcool sont à entendre à la fois comme religieux et festifs, cérémoniels et rituels, où le boire est mobilisé dans les temps sacrés et/ou profanes du contexte religieux. La consommation d’alcool analysée par les auteurs peut concerner les officiants religieux (chamanes, devins-guérisseurs, possédés, etc.) mais aussi certains acteurs spécifiques (groupe d’hommes, de femmes, de jeunes, etc.) ou encore les observateurs du rituel en cours (participants, publics, ethnographes, etc.). Pour chaque ethnographie, il s’agit d’étudier les fonctions rituelles et symboliques ainsi que les usages sociaux des libations et de l’absorption d’alcool. La volonté de prendre en compte l’alcool dans un espace et un temps rituels lui donne tout son sens (Fabre-Vassas, 1989). À la suite de Mary Douglas (1987) et de Claudine Fabre-Vassas (1989), nous posons la question de l’efficacité symbolique de la consommation d’alcool qui aurait un effet pathologique moindre lorsqu’il est utilisé en contexte rituel.

Le second aspect convoque l’étude des postures et du recueil des données dans une démarche réflexive autour de l’alcool rituel. En effet, l’observateur (participant ou non) peut identifier et mesurer l’alcoolisation et l’ivresse qui peut en découler, sans qu’elle soit perçue comme telle par les pratiquants. Nous questionnons donc les définitions de l’ivresse, au regard, par exemple, de codes sociaux variables en lien au « boire ». Dans l’exercice de distanciation ethnologique, comment appréhender cette question ? Comment l’ethnographe gère-t-il l’invitation au boire ? De fait, les questions posées ici s’inscrivent dans une réflexion anthropologique du boire.

Toutes les propositions de contribution traitant de cette problématique en se basant sur une recherche de terrain sont les bienvenues. De 400 mots maximum, elles doivent être envoyées à Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com), Olivia Legrip-Randriambelo (olivia.legrip@hotmail.fr ) et au secrétariat de la revue Civilisations (civilisations@ulb.ac.be ) pour le 1er février 2016. Leurs auteurs seront prévenus en mars de la suite donnée à leur proposition, ce qui en cas d’acceptation suppose la remise d’un manuscrit (à évaluer par des referees) en juin de l’année 2016.

Civilisations est une revue d’anthropologie à comité de lecture. Diffusée sans discontinuité depuis 1951, elle publie, en français et en anglais, des articles relevant des différents champs de l’anthropologie, sans exclusive régionale ou temporelle. Relancée depuis 2002 avec un nouveau comité éditorial et un nouveau sous-titre (Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines), la revue encourage désormais particulièrement la publication d’articles où les approches de l’anthropologie s’articulent à celles d’autres sciences sociales, révélant ainsi les processus de construction des sociétés.

Bibliographie indicative

Bianquis I., 2012 L’alcool. Anthropologie d’un objet-frontière, L’Harmattan.

Castelain J.-P., 1996 « La quête des mots. De quelques usages de l’alcool dans la France de l’Ouest », in : Communications, n°62, Vivre avec les drogues. pp.181-193. 1989 Manières de vivre, manières de boire. Alcool et sociabilité sur le port, Paris, Imago.

Counihan C.M. & Kaplan S.L. (eds.), 1998 Food and Gender : Identity and Power, Gordon & Breach, New York.

de Garine I. & de Garine V. (eds.), 2001 Drinking : Anthropological Approaches. Anthropology of Food and Nutrition, Berghahn Books, Oxford and New York.

Douglas M., 1987 Constructive Drinking. Perspectives on Drink from Anthropology, edited by M.D., Cambridge University Press et Maison des sciences de l’homme, Paris. Fabre-Vassas C., 1989 « La boisson des ethnologues », Terrain, n° 13, pp.5-14.

Fainzang S., 1995 « L’alcool, les nerfs, le cerveau et le sang », l’Homme, n°135.

Fiskesjö M., 2010 “Participant Intoxication and Self-Other Dynamics in the Wa context”, The Asia Pacific Journal of Anthropology, n°11, pp.111-127.

Hell B., 1983 L’Homme et la bière, Colmar, Ed. J.-P. Gyss.

Kradolfer S., 2006 « Boire et manger : l’épreuve du terrain », Journal des anthropologues, n°106-107.

Lacaze G., 2004a « Convivialité, consommation d’alcool et catégories de personne chez les Mongols et les Kazakhs », Les Annales de la Fondation Fyssen n°19, pp.30-47. 2004b « Boire et se saoûler : les sorties de l’âme pendant l’ivresse », in C. Méchin et D. Le Breton (eds), Le corps et ses orifices. Paris, L’Harmattan, pp.141-164. 2003 « Boire et donner à boire. Chez les peuples centrasiatiques de tradition nomade pastorale », Cahiers de l’IREB, n°16, pp.38-45. 2002 « Les Techniques D’alimentation Mongoles : Manger, Boire, Gouter et Lecher », Nomadic Peoples, Vol. 6.

Le Roux P., 2002 « Des hommes aux dieux : boissons fermentées, rituelles et festives d’Asie du Sud-Est et au-delà », Journal of the Siam Society, vol. 90, no. 1-2.

Nahoum-Grappe V., 1989 « Boire un coup… », Terrain, n°13, pp.72-80.

Obadia L., 2004 « Le « boire » », Socio-anthropologie [En ligne], n°15.

Zheng Z., 2000 « Bière de millet ou de riz : la technique brassicole des Austronésiens de Taiwan », in A. Hubert & P. Le Failler (eds.), Opiums : les plantes du plaisir et de la convivialité en Asie, Paris, L’Harmattan, pp. 391-400.

PDF - 152.3 ko
Alcool rituel

LAMC - Institut de Sociologie, 12ème étage, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles - Belqique Téléphone: +32-(2)-650 37 98 - lamc@ulb.ac.be - site réalisé par Vertige asbl