en
photo

Ouvrages publiés en 2016

- Retour des corps, parcours des âmes. Exhumations et ritualisations collectives du deuil dans le monde hispanophone par Anne-Marie Losonczy et Valérie Robin Azavedo, Petra, 2016

- Patrice Lumumba : La fabrique d’un héros national et panafricain par Pierre Petit. Académie Royale de Belgique, Coll. L’Académie en Poche, 2016.

- World Heritage on the Ground : Ethnographic Perspectives. Edité par Christoph Brumann et David Berliner, Oxford, Berghahn Book, 2016.

Ouvrages publiés en 2015

- Eating in Northeastern Cambodia, A Socio-Anthropological Approach to Highland Food in Ratanakiri par Manon Istasse. White Lotus, 2015.

- "Puissance et pouvoir de l’écriture chinoise" par Françoise Lauwaert. Académie Royale de Belgique, Coll. L’Académie en Poche, 2015.

Ouvrages publiés en 2014

- « Chanter, s’attacher et transmettre chez les Darhad de Mongolie » par Laurent Legrain. Centre d’Etudes Mongoles et Sibériennes - Ecole Pratique des Hautes Etudes, Collection Nord-Asie, 4, 2014.

- « La mano de Orula. Etnografia sobre Ifà y la Santeria en La Habana », par Alain Konen. Editions L’Harmattan, 434 pages

- « Une critique postcoloniale en acte. Les musées d’ethnographie contemporains sous le prisme des études postcoloniales » par Anna Seiderer, Editions Musée Royal de l’Afrique Centrale, Collection Documents de Sciences humaines et sociales, 216 p.

- Anthropology and Nostalgia. Edité par Olivia Angé et David Berliner, Oxford, Berghahn Book, 2014.

- Bourdieu’s Theory of Social Fields. Concepts and applications par Mathieu Hilgers, Edité par Mathieu Hilgers et Eric Mangez, Editions Routledge, Collection Routledge Advances in Sociology, 2014.

- Une ethnographie des pentecôtismes africains en France. Le temps des prophètes par Damien Mottier, Editions Academia, Collection Espace Afrique, 2014

Ouvrages publiés en 2013

- Identité, culture et intimité. Les stéréotypes dans la vie quotidienne par Benjamin Rubbers et Pierre Petit, Revue Civilisations, 2013, n°62.

- Des humains et des matériaux. Ethnographie d’une filière textile artisanale au Laos par Annabel Vallard, Editions Petra, Paris, décembre 2013.

- Le monde selon l’Unesco, édité par David Berliner et Chiaro Bortolotto, Gradhiva n°18.

- La dynamique des masques en Afrique Occidentale par Anne-Marie Bouttiaux, Editions MRAC, Tervuren, Collection « Studies in Social Sciences and Humanities », n°176.

- "Cheminer avec Dieu : pentecôtismes et migrations à Bruxelles" par Maïté Maskens. Aux Editions de l’Université de Bruxelles, 2013.

- "Mémoires religieuses Baga" par David Berliner. Edité par le Musée Barbier-Mueller, 2013.

Projets en cours

-  Projet HERA (Roos Dorsman, David Berliner)

Current of faith, places of history : religious diasporas, connections, moral circumscriptions and world-making in the Atlantic space. : http://currents-of-faith.ics.ul.pt/

-  Projet Annâdya (Annick Schubert, Pierre Petit)

L’ULB, en partenariat avec Gembloux Gx ABT/ULg, l’ONG cambodgienne CEDAC et l’Université d’agriculture de Hanoï (HUA), s’est vu décerner par EuropeAid (UE) un fonds pour la réalisation d’un projet d’amélioration de la sécurité alimentaire dans deux provinces frontalières du Laos et du Cambodge. Ce projet, dont le budget s’élève à environ 3 400 000 euros, a pris cours le 1e février 2012 pour une durée de 3 ans. Il s’articule autour de 3 axes principaux : l’amélioration de la production et de la productivité agricole ; l’amélioration de la nutrition des bénéficiaires et enfin le développement durable d’institutions communautaires de base.

Inspiré du terme sanskrit signifiant « le bonheur de manger à sa faim », le projet a été intitulé “Annâdya”. Il sera implanté dans une centaine de villages des provinces d’Attapeu (sud-est du Laos) et du Ratanakiri (nord-est du Cambodge). Il bénéficiera à 12 000 ménages ruraux, soit environ 72 000 personnes, principalement issus de minorités ethniques. Un encadrement anthropologique, coordonné par le Pr. Pierre Petit (LAMC), sera assuré tout au long du projet pour garantir la prise en compte des spécificités sociales et culturelles des populations locales. L’expertise technique apportée par l’ULB et ses partenaires portera en outre sur le transfert nord-sud et sud-sud de technologies simples, peu coûteuses et durables sur le plan environnemental. La formation de formateurs ruraux constituera l’un des piliers du dispositif et sera notamment complétée par des unités-pilotes de productions et de petite transformation.

Le projet sera dirigé sur le terrain par Annick Schubert (LAMC ; Euro+) en collaboration avec Samnol Yun ( ONG CEDAC) et Cédric Delannoy (Gx ABT/ULg) au Cambodge et le Pr. Philippe Lebailly (Gx ABT/ULg) et Vu Dinh Ton (HUA) au Laos. Collaboreront également le département provincial de l’Agriculture d’Attapeu. Il sera mis en oeuvre par le Pr. Benoît Haut (TIPs ; ULB), le Pr. Philippe Donnen (Erasme, Ecole de la Santé Publique) et Manon Istasse (LAMC) . Il sera supervisé administrativement par Jean-Louis Moortgat (DRE ; ULB), avec le support de Sandrine Levêque (LAMC).

  • Case-study réalisé par Patrick Bolte, consultant chez Banyaneer : Cambodia - Prak Village : more food, more resilient (lire l’article)
  • Projet Annâdya : Une première Foire Agri Culturelle prometteuse a Banlung (lire l’article)
  • Sign of things to come : Ratanakiri farmer increases rice yield by 38% with SRI (lire l’article)
  • Cricket farming in Cambodia : a sustainable source of supplementary nutrition and income (lire l’article)
  • Annâdya : le bonheur de manger à sa faim au Cambodge et au Laos paru dans Esprit Libre, n°27, avril-mai 2013, page 20.

-  Pôle de réflexion anthropologique sur les politiques de l’Unesco (David Berliner, Manon Istasse, Chiara Bortolotto)

L’Unesco, institution internationale dont les politiques sont notamment vouées à la préservation des cultures et des patrimoines, constitue un domaine de recherche captivant de par les divers enjeux sociaux, politiques, économiques, culturels, religieux,… qu’elle embrasse. Tout d’abord, il s’agit d’une organisation internationale dont l’ethnographie des pratiques bureaucratiques reste à faire. Ensuite, la mise en lumière des effets de la patrimonialisation de biens matériels et immatériels amène l’examen des concepts de mémoire, de tradition, de permanence et de perte ; des mécanismes de transmission déployés dans des contextes particuliers, et de leur articulation aux politiques de conservation ; des multiples facettes des discours de la nostalgie ; des arguments avancés par l’Unesco et de ce que cette institution sanctifie au-delà du patrimoine.

Aussi, nous cherchons à interroger le rôle joué par ces mêmes politiques dans la formation des identités nationales et l’instrumentalisation de la mémoire dans des contextes souvent postcoloniaux et postconflictuels. Pour des anthropologues, il s’agit notamment de questionner le sens de la conservation dans des environnements religieux différents du milieu où est produit le discours occidental sur la préservation du patrimoine Mais encore, les configurations inédites produites par ces politiques méritent une attention toute particulière : développement d’activités culturelles et éducatives, émergence d’associations culturelles, naissance d’évènements culturels, engouement des touristes étrangers pour un patrimoine qui leur est extérieur. Ainsi se posent les questions des images véhiculées par ces politiques de préservation, de la performativité du discours et du succès de l’Unesco.

Dans la mesure où le label Unesco, communément considéré comme une garantie du caractère exceptionnel d’un patrimoine, attire les visiteurs et participe au développement du tourisme, les pratiques et les discours concernant la transformation de sites en lieux touristiques, l’impact du tourisme sur la définition et la conception de l’héritage culturel, et l’implication identitaire des populations dans le tourisme sont autant de processus à examiner. Comment est utilisé le patrimoine culturel dans le cadre de la promotion touristique ? Quelles sont les stratégies des acteurs touristiques situés à différents niveaux (touristes, Etats, régions, ville, locaux,…) ? Comment présenter un patrimoine culturel à un public hétéroclite quant à ses origines, objectifs, désirs,… d’une manière qui fasse sens pour le plus grand nombre ?

Il importe enfin de se plonger dans une lecture plurielle des actions, complémentaires ou divergentes, opérées autour et par les politiques de préservation menées par l’Unesco afin de comprendre ce que les acteurs sociaux, participant à l’unescoïsation d’un site, font du patrimoine. Ainsi, par les différents acteurs qui l’investissent et l’utilisent selon divers objectifs, le bien patrimonial est un "objet-frontière". Au-delà des institutions, il est intéressant de questionner les acteurs locaux du patrimoine et les exclus (volontaires ou non) des actions de patrimonialisation. La question des "attachements" des acteurs locaux au patrimoine classé (la relation avec et l’utilisation des objets culturels sensés appartenir à l’humanité entière) pose, entre autres, la question de l’universalité du Patrimoine Mondial, de l’existence d’une communauté universelle et du type de conscience développé autour du Patrimoine Mondial, Le patrimoine ainsi "unescoïsé" soulève donc différents questionnements que nous cherchons à déployer : les effets politiques, économiques, culturels, sociaux, esthétiques de la mondialisation ; le rôle de l’imaginaire dans le quotidien. Mais aussi, la vie sociale de concepts mobilisés comme ceux de tradition, nostalgie, mémoire et de transmission.

LAMC - Institut de Sociologie, 12ème étage, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles - Belqique Téléphone: +32-(2)-650 37 98 - lamc@ulb.ac.be - site réalisé par Vertige asbl